HAUT ATLAS 1930 1934


Non-Homologué
Fabrication : IMC
mars-mai 2008

 

Promotion HAUT ATLAS 1930 – 1934


Région montagneuse au centre du Maroc sous le protectorat Français, le Haut Atlas a été le fruit de mutation.

A partir de 1930, le 31e bataillon du génie œuvre pour la pacification. Celle-ci s’élargit et le 31e BG participe avec le service du génie à l’aménagement du pays. Ils travaillent à la construction des routes et des pistes ainsi qu’à l’organisation des casernements et des camps.

L’aide puissante des groupes compresseurs est mise à profit par les sapeurs pour augmenter leur rendement. Les décrochements importants de routes et pistes traversant les régions montagneuses sont obtenus ainsi plus rapidement et facilement.

Le travail le plus notable, commencé en 1931 et terminé en 1932, est la construction du pont sur l’oued Asfalou, sur la piste de Taza. Il s’agit d’un ouvrage hardi, franchissant une brèche de 70m de profondeur et de 40m de large. Il fait d’autant plus honneur à ses exécutants que ce pont de type « pigeaud » que le 31e disposait n’avait que 37.5m de long. Il a fallu des prodiges d’ingéniosité pour mener à bien l’opération malgré la pauvreté des ressources locales.

L’activité des sapeurs est mise à contribution pour préparer les opérations qui doivent aboutir en 1933 et 1934 à la liquidation des dernières poches de dissidence. Il s’agit d’abord de la région des lacs, sorte de donjon montagneux du Maroc. La région est chaotique, aux sommets dépassants 3000m et coupées de vallées entaillées. Plus encore qu’aux cours des autres missions précédentes, le 31e doit ouvrir la route, car on se heurte à tout instant à des falaises infranchissables. Les efforts des sapeurs sont indispensables car en définitive, c’est cette ouverture de la route et l’accès des convois et des approvisionnements qui conditionnent en premier lieu le succès des opérations.

A la fin de 1933, se livre le dernier assaut à la dissidence du grand Atlas. Toutes les unités du génie disponibles convergent sur le pourtour de la zone insoumise, emmenant avec elles tous les engins mécaniques possibles afin de mener une offensive en règle de la montagne. Les sapeurs savent qu’une fois encore une œuvre immense les attend, dont la réussite est indispensable au succès des opérations. D’ailleurs, ce ne sont pas seulement des routes et des pistes auxquelles ils devront se consacrer, mais encore toutes sortes d’autres travaux tels que l’aménagement de points d’eau ; installations de toutes sortes, nivellement de terrains d’aviation etc…

L’effort réalisé par le 31 qui faisait parti du génie du corps d’occupation a été absolument remarquable. C’est grâce au réseau de piste auto-cyclables qui ont étés créées que l’on a pu manœuvrer dans un pays de haute montagne où jamais un européen n’a pénétré sans se laisser arrêter par des questions de ravitaillement. Les troupes et services du génie au Maroc peuvent, à juste titre, revendiquer une large part des résultats obtenus.

Très belle unité de travaux et de combat du génie, le 31e bataillon du génie, dont nous sommes aujourd’hui les héritiers, n’a cessé d’affirmer durant ces années, sa valeur militaire et technique, en menant à bien toutes les missions qui lui furent confiées.

Jeunes engagés volontaires, soyez conscients du devoir qui vous revient de toujours faire honneur à vos anciens en portant fièrement comme nom de baptême « HAUT ATLAS 1930 – 1934».


PROMOTION
« HAUT ATLAS 1930 – 1934»
*.*.*.*.*OUVRIR LA ROUTE*.*.*.*.*
 
Publicité
 
Dernière mise à jour
 
Le 26 août 2008
 
Aujourd'hui sont déjà 2 visiteurs (28 hits)
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=